Feed on
Posts
Comments

Semaine du 20 au 26 decembre 2014. Leçon 13. « L'évangile éternel ».

Listen Now:


Semaine du 13 au 19 decembre 2014. Leçon 12. « Prière, guérison et restauration ».

Listen Now:


11 SE PRÉPARER POUR LA MOISSON

Étude de la semaine

Jc 5.7-12, Rm 13.11, 1Co 3.13, Lc 7.39-50, Co 4.6

Versets à mémoriser:

« Vous aussi, prenez patience, affermissez votre cœur,
car l’avènement du Seigneur s’estapproché »
(Jacques 5.8).

A l’époque gréco-romaine (et dans certains endroits encore aujourd’hui), l’effervescence précédait la venue d’un dignitaire en visite, Les rues étaient dégagées, les vitrines des magasins nettoyées, des fleurs plantées, et la prévention du crime était accrue. Tous les efforts étaient concentrés pour s’assurer que l’endroit soit parfait au moment où l’officiel arrivait.

Le mot grec parousia, qui est utilisé dans le Nouveau Testament pour la « venue » du Christ, ainsi que dans Jacques 5.7, 8, est une expression technique décrivant l’arrivée d’un roi ou d’un dignitaire. Si de telles préparations précédaient l’arrivée de dirigeants terrestres, ne devrions-nous pas faire tous les efforts possibles pour préparer nos cœurs à la venue de notre Seigneur et Sauveur?

Mais comment se préparer quand on ne connait ni « le jour ni l’heure » (Mt 24.36) ? Qu’est-ce que cela signifie de « prendre patience » et « d’affermir » nos cœurs ? Quel est le lien avec l’idée de la « pluie de la première et de l’arrière-saison » (Jc 5.7)? Bien que dans les textes de cette semaine, le contexte semble être celui de la fin des temps, le message fondamental est pertinent aux croyants de toutes les époques. Tout au long de notre histoire, et même dans nos vies aujourd’hui, nous avons des épreuves et des souffrances qui demandent que nous restions fermes dans la foi, comme les prophètes de jadis.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 13 décembre »

Listen Now:


10 PLEUREZ, HURLER !

Étude de la semaine

Jc 5.1-6, Ps 73.3-19, 1 S 25.2-11, Lv 19.13, Lc 16.19-31, Mt 5.39.

Versets à mémoriser:

« Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »
(Mt 6.21)

La popularité internationale du jeu télévisé « Qui veut gagner des millions ? » indique que beaucoup de gens aiment vivre par procuration le rêve de richesses fulgurantes, et aimeraient que cela leur arrive un jour.

Mais la richesse n’est pas forcément ce que les gens croient. Les études montrent que des revenus en hausse suivent la loi des rendements décroissants: ils permettent aux gens de vivre plus confortablement, mais les biens n’achètent pas davantage de bonheur. Des relations sérieuses, la satisfaction dans son travail, et une vie qui a un sens contribuent souvent davantage au bonheur que les richesses. Les meilleures choses ne s’achètent pas, comme des paroles aimables, un sourire, une oreille attentive, des gentillesses, la reconnaissance, le respect, un geste compatissant, et l’amitié authentique.

Les dons de Dieu sont encore plus précieux: la foi, l’espérance, la sagesse, la patience, l’amour, le contentement, et bien d’autres bénédictions qui découlent de la présence de son Esprit dans nos vies. L’ironie de la chose, c’est que beaucoup de chrétiens sont d’accord là-dessus, mais leur vie quotidienne indique que l’égoïsme a souvent le dessus. Comme nous le verrons cette semaine, la cupidité est une grave erreur, une erreur qui a des conséquences terribles.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 6 décembre »

 

Listen Now:


9 UN SEUL LÉGISLATEUR ET JUGE

Étude de la semaine

Jc 4.11-17 ; Ac 17.11 ; He 4.15, 16 ; Lc 12.13-21 ; Ec 2.15-19 ; Tt 2.14

Versets à mémoriser:

« Un seul est Législateur et Juge, celui qui peut sauver et perdre;
mais, qui es-tu pour juger ton prochain ? »
(Jc 4.12).

Notre attitude envers la loi, que ce soit celle de Dieu ou celle des hommes, affecte nos relations aux autres et même notre relation à Dieu lui-même. Avez-vous remarqué que parfois les gens riches et célèbres agissent comme s’ils étaient au-dessus des lois ? Même ceux qui font les lois, ou qui les appliquent, recherchent parfois des moyens de rédiger les lois pour leur intérêt personnel. Ainsi, le non-respect des lois d’une société donnée peut impliquer le non-respect d’autrui, car les lois régissent nos relations les uns avec les autres.

En même temps, ceux dont l’attitude envers la loi est stricte et intransigeante peuvent également avoir des difficultés dans leurs relations interpersonnelles. À un niveau plus profond, notre conception de la loi dépend du degré de respect que nous avons pour la sagesse des législateurs et de l’équité de leurs lois.

Au début de la leçon de cette semaine, nous examinerons la loi puis nous aborderons des paroles importantes sur une certaine forme d’arrogance dont nous ne sommes peut-être pas conscients, mais au sujet desquelles nous avons reçu un avertissement comme étant un péché, une violation de la loi de Dieu. En fait, ici, dans Jacques, nous avons une autre manière de voir le péché.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 29 novembre»

 

Listen Now:


8 L’HUMILITÉ DE LA SAGESSE D’EN HAUT

Étude de la semaine

Jc 3.13-4.10 Dt4.6; Ga 5.17 ; Jr3.6-10,20 ; Ac 19.13-16 ; P24.3-6

Versets à mémoriser:

« Humiliez-vous devant le Seigneur et il vous élèvera »
(Jc 4.10, Colombe)

Dans beaucoup de moyennes et grandes entreprises, on observe une mentalité de « chef de service. » Ce genre d’attitude survient quand les employés croient avoir le droit de réclamer quelque chose qu’ils n’ont pas encore; plus de respect, un salaire plus élevé, un poste plus important, etc. Cette attitude malsaine s’amplifie au fil du temps à mesure que l’individu cherche à dépasser les autres. Parmi les symptômes, on peut noter les remarques flatteuses envers les décisionnaires, et des révélations peu flatteuses sur des collègues, tout cela assaisonné d’un esprit de rivalité égoïste. Un présentateur de journal télévisé arriva jusqu’au sommet sans écraser les autres, et un collègue admiratif fit la remarque: « Il n’y a pas eu de victimes. »

Il serait plaisant de se dire que la rivalité ne concerne que les organisations du monde, et que l’Eglise opère tout à fait différemment. Malheureusement, la Bible indique que trop souvent, la « sagesse » humaine agit également parmi les croyants.
Cette semaine, voyons ce que la Parole de Dieu a à nous dire sur cette regrettable réalité.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 22 novembre»

Listen Now:


Semaine du 8 au 14 novembre 2014. Leçon 7. « Dompter sa langue ».

Listen Now:


6 LA FOI QUI ŒUVRE

Étude de la semaine

Jc 2.14-26; Rm 3.27-28; Tt 2.14; 2 Co 4.2; Rm 4.1-5; Jos 2.1-21

Versets à mémoriser:

« Tout comme le corps sans esprit est mort, de même la foi sans les œuvres est morte »

(Jc 2.26)

C’était un médecin brillant et un ancien dans une Église en vue constituée de plusieurs centaines de membres. Il était le principal contributeur aux projets d’envergure de l’Église, et sa générosité encourageait les autres à être plus généreux. Ce médecin était également un grand prédicateur. Quand le pasteur était en déplacement, il prenait la parole, et tous attendaient ses messages avec impatience, car ils étaient profonds théologiquement, sincères, et spirituels.

Puis un jour, la vérité éclata. L’absence du docteur le sabbat précédent n’était pas due au fait qu’il était en congé, comme beaucoup l’avaient supposé. Non, il avait été retrouvé mort dans son appartement avec vue sur la mer après une surdose de drogues dites récréatives.
Pire encore, on avait retrouvé dans sa chambre à coucher des douzaines de vidéos et de magazines pornographiques. Les membres d’Église étaient effondrés, en particulier les jeunes, qui l’avaient toujours considéré comme un modèle. Bien que tout jugement soit entre les mains de Dieu, les œuvres du docteur remettent évidemment en question la réalité de sa foi.

L’idée? Bien que nous soyons sauvés par la foi, nous ne pouvons séparer la foi des œuvres dans la vie du chrétien, vérité cruciale, mais souvent mal comprise, et dont il est question dans le livre de Jacques.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 8 novembre»

Listen Now:


5 L’AMOUR ET LA LOI

Étude de la semaine

Jc 2.1-13; Mc 2.16; Lv 19.17, 18; Rm 13.8-10; Jn 12.48.

Versets à mémoriser:

« Car le jugement est sans compassion pour qui ne montre pas de compassion.
La compassion triomphe du jugement. »
(Jc 2.13)

Nous connaissons bien cette histoire. La question est: a-t-elle été parfaitement assimilée?

D’abord, un prêtre, puis un Lévite, allant de Jérusalem à Jéricho, rencontrent un homme gisant a moitié mort sur la route. Tous deux viennent de terminer leurs devoirs religieux, et cependant, ni l’un ni l’autre apparemment, ne sont capables de faire le lien entre ces devoirs et un sens de l’obligation envers l’âme blessée, et donc ils poursuivent tous deux leur chemin. Finalement, un Samaritain, un demi-païen, passe par là, prend pitié de l’homme, bande ses plaies, et paie son séjour à l’auberge où il peut se rétablir. Il promet également à l’aubergiste de payer tout ce dont l’homme pourrait avoir besoin (voir Lc 10.30-37).

Jésus a raconté cette histoire en réponse à une question posée par un maitre de la loi sur la vie éternelle. Au lieu de dire à l’homme : « Fais plus d’efforts ! » ou « Fais-en davantage ! », Jésus dépeint un tableau de l’amour en actions. C’est-à-dire que nous devons aimer même dans des circonstances potentiellement dangereuses ou déplaisantes, et nous devons aimer même ceux que nous n’apprécions pas.

Bien que ce ne soit pas facile, et que cela aille souvent à l’encontre de notre nature, le véritable amour implique une dose importante de risque et nous appelle à renverser las barrières qui nous séparent en tant que personne, à la fois en dehors et (en particulier) au sein même de l’Église. Cette semaine, nous verrons ce que Jacques a à dire sur cette vérité cruciale.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 1er novembre»

Listen Now:


5 L’AMOUR ET LA LOI

Étude de la semaine

Jc 2.1-13; Mc 2.16; Lv 19.17, 18; Rm 13.8-10; Jn 12.48.

Versets à mémoriser:

« Car le jugement est sans compassion pour qui ne montre pas de compassion.
La compassion triomphe du jugement. »
(Jc 2.13)

Nous connaissons bien cette histoire. La question est: a-t-elle été parfaitement assimilée?

D’abord, un prêtre, puis un Lévite, allant de Jérusalem à Jéricho, rencontrent un homme gisant a moitié mort sur la route. Tous deux viennent de terminer leurs devoirs religieux, et cependant, ni l’un ni l’autre apparemment, ne sont capables de faire le lien entre ces devoirs et un sens de l’obligation envers l’âme blessée, et donc ils poursuivent tous deux leur chemin. Finalement, un Samaritain, un demi-païen, passe par là, prend pitié de l’homme, bande ses plaies, et paie son séjour à l’auberge où il peut se rétablir. Il promet également à l’aubergiste de payer tout ce dont l’homme pourrait avoir besoin (voir Lc 10.30-37).

Jésus a raconté cette histoire en réponse à une question posée par un maitre de la loi sur la vie éternelle. Au lieu de dire à l’homme : « Fais plus d’efforts ! » ou « Fais-en davantage ! », Jésus dépeint un tableau de l’amour en actions. C’est-à-dire que nous devons aimer même dans des circonstances potentiellement dangereuses ou déplaisantes, et nous devons aimer même ceux que nous n’apprécions pas.

Bien que ce ne soit pas facile, et que cela aille souvent à l’encontre de notre nature, le véritable amour implique une dose importante de risque et nous appelle à renverser las barrières qui nous séparent en tant que personne, à la fois en dehors et (en particulier) au sein même de l’Église. Cette semaine, nous verrons ce que Jacques a à dire sur cette vérité cruciale.

« Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 1er novembre»

- Older Posts »

Quantcast