Feed on
Posts

Semaine du 13 au 19 mai 2017. Leçon 8. « Jésus dans les écrits de Pierre »

00:0000:00

7 LEADER-SERVITEUR

 

Étude de la semaine

1 P 5.1-10 ; Ac 6.1-6 ; Jr 10.21 ; Mt 20.24-28 ; Pr 3.34 ; Ap 12.7-9

 

Versets à mémoriser:

" Déchargez-vous sur lui de toutes vos inquiétudes,
car il prend soin de vous "
(1 Pierre 5.7.)

Les études menées sur les églises en plein développement mettent presque toujours en évidence l'importance d'un leadership efficace. Ce leadership trouve sa vision en Dieu et en sa Parole et donne l'occasion à chaque membre de mettre en pratique ses propres dons spirituels pour l'accomplissenient du mandat évangélique.

Mais le leadership dans l'église est hautement exigeant. Ce sont en majorité des bénévoles, donnant souvent de leur temps alors qu'ils sont déjà occupés, qui dirigent les églises. Les membres peuvent " voter avec leurs pieds " en cessant de venir s'ils ne sont pas d'accord avec une décision. De plus, un dirigeant chrétien efficace doit aussi être profondément spirituel. Et n'oublions pas que Pierre écrit à des églises qui sont persécutées. Un dirigeant d'église est particulièrement vulnérable dans des moments pareils. Qui, dans ce cas, est qualifié pour cette tâche ?

Dans 1 Pierre 5.1-10, Pierre traite de la question du leadership chrétien au niveau de l'église locale. Dams ces versets, il évoque certaines des caractéristiques primordiales nécessaires, non seulement chez les dirigeants locaux, mais également chez les membres. Ses paroles sont aussi pertinentes pour nous aujourd'hui qu'elles l'étaient à l'époque. 

 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 13 mai

 

00:0000:00

6 SOUFFRIR POUR CHRIST

 

Étude de la semaine

1 P 1.6 ; 3.13-22 ; 2 Tm 3.12 ; 1 P 4.12-14 ; Ap 12.1 ; 1 P 4.17-19

 

Versets à mémoriser:

" C'est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que le Christ lui-même a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces. "
(1 P 2.21)

L'histoire de la persécution aux premiers siècles de l'ère chrétienne est bien connue. La Bible elle-même, en particulier le livre des Actes, nous donne des aperçus de ce qui attendait l'Eglise. La persécution, avec le lot de souffrances qu'elle entraîne, est également une réalité présente dans la vie des chrétiens auxquels Pierre écrit.

Dans le premier chapitre, Pierre fait ce commentaire : " Quoique vous soyez maintenant, pour un peu de temps, puisqu'il le faut, attristés par diverses épreuves, afin que la qualité éprouve de votre foi - bien plus précieuse que l'or périssable, quoique éprouvé par le feu, se trouve être un sujet de louange, de gloire et d'honneur à la révélation de Jésus-Christ " (1 P 1.6,7).

L'un des tout derniers commentaires de la lettre évoque la même idée : " Quand vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute grâce qui, en Jésus-Christ, vous a appelés à sa gloire éternelle, vous formera lui-même, vous affermira, vous rendra forts et inébranlables " (1 P 5.10). En l'espace de cette courte épître, on compte pas moins de trois longs passages qui traitent de la souffrance qu'endurent les lecteurs de Pierre pour Christ (1 P 2.18-25 ; 3.13-21 ; 4.12-19). La souffrance causée par la persécution est donc un thème majeur de 1 Pierre, et c'est ce que nous allons étudier. 

 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 6 mai

 

00:0000:00

5 VIVRE POUR DIEU

 

Étude de la semaine

1 P 3.8-12 ; Ga 2.20 ; 1 P 4.1, 2 ; Rm 6.1-11 ; 1 P 4.3-11 ; 2 S 11.4

 

Versets à mémoriser:

" Car le Seigneur a les yeux sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière ;
mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. "
(1 Pierre 3.12.)

 

Les écrivains de la Bible connaissaient la réalité de la nature humaine pécheresse. Et pour cause : le monde en est souillé. Ils connaissaient aussi leur propre état de péché (voir 1 Tm 1.15). Et ils en connaissaient aussi la gravité. Après tout, voyez ce qu'il a fallu pour résoudre le problème du péché : la croix de Jésus-Christ. Voilà combien le péché est réel, profond et omniprésent.

Mais les écrivains de la Bible étaient également tout à fait conscients de la puissance dont Christ dispose pour changer nos vies et faire de nous de nouvelles personnes en lui.

Cette semaine, Pierre poursuit sur cette même voie : quel genre de vie les chrétiens mènent-ils en Christ après s'être donnés à lui et avoir été baptisés ? En fait, le changement est si radical que les autres ne peuvent que le remarquer. Pierre ne dit pas que ce changement sera toujours facile. Il parle en effet de la nécessité de souffrir dans la chair (1 P 4.1) afin d'avoir la victoire promise.

Pierre reprend un thème omniprésent dans la Bible : la réalité de l'amour dans la vie de celui qui croit en Jésus. " L'amour couvre une multitude de péchés ", écrit-il (1 P 4.8). Quand nous aimons, quand nous pardonnons, nous reflétons ce que Jésus a fait, et continue de faire, pour nous.

 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 29 avril

 

00:0000:00

3 UN SACERDOCE ROYAL

 

Étude de la semaine

1 P 2.1-3; He 4.12; 1 P 2.4-8; Es 28.16; Ex 19.3-6; 1 P 2.5, 9

 

Versets à mémoriser:

" Vous êtes une lignée choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un
peuple que Dieu s'est acquis, pour que vous annonciez les hauts faits de
celui qui vous a appelés des ténèbres a son étonnante lumière. "
(1 Pierre 2.9)

Immergé comme il l'était dans la culture juive, la religion et l'histoire, Pierre qualifie les chrétiens auxquels il écrit de " nation sainte, un peuple que Dieu s'est acquis ", Il emprunte ainsi au vocabulaire de l'alliance que l'Ancien Testament emploie pour parler d'Israël, en l'appliquant ici à l'Eglise du Nouveau Testament.

Rien d'étonnant à cela : les païens qui croyaient en Jésus ont été greffés au peuple de Dieu. Ils sont désormais eux aussi participants des promesses de l'alliance. " Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, olivier sauvage, tu as été greffé à leur place, si tu as eu part à la racine, à la sève de l'olivier, ne fais pas le fier aux dépens des branches. Si tu fais le fier, n'oublie pas que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte. " (Rm 11.17, 18)

Dans les passages étudiés cette semaine, Pierre montre à ses lecteurs la responsabilité sacrée et l'appel éminent qu'ils ont reçus en tant que peuple de l'alliance, ceux qui (pour reprendre les mots de Paul) ont été greffés à l'olivier. Et parmi ces responsabilités, on trouve celle-là même qui était déjà celle d'Israël : proclamer la grande vérité du salut offert dans le Seigneur. 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 15 avril

 

00:0000:00

12 L'ŒUVRE DU SAINT-ESPRIT

 Étude de la semaine

Jn 16.8-11; Rm 5.10; He 4.15, 16; 1 P 5.8, 9; 1 Jn 5.12, 13; Ps 31.24

 

Versets à mémoriser

" Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance par la puissance de l'Esprit saint. "
(Romains 15.13)

Alors que nous approchons du terme de notre étude de ce trimestre, nous allons nous concentrer sur une autre œuvre décisive de l'Esprit, que nous n'avons pas encore abordée.

Quand Jésus a annoncé aux disciples qu'il irait vers le Père, il a promis de leur envoyer le Saint-Esprit. " Mais le Consolateur, le Saint-Esprit que le Père enverra en mon nom, c'est lui qui vous rappellera tout ce que je vous ai dit. " (Jn 14.26.)

D'après Jésus, le Saint-Esprit est un paraklétos, c'est-à-dire un " aide ", un " consolateur ", ou un " défenseur " qui intercède pour nous. En même temps, Jésus a également annoncé l'œuvre de ce défenseur: il " convaincra " le monde de péché, de justice et de jugement (Jn 16.8).

Au cours de cette dernière semaine, nous étudierons plus en détail cette œuvre spécifique du Saint-Esprit. Nous apprendrons également comment cette œuvre de l'Esprit est liée à deux autres aspects importants de son ministère en notre faveur: notre assurance du salut et la glorieuse espérance qui anime notre vie de disciples de Jésus-Christ.

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 25 mars.

 

00:0000:00

11 ATTRISTER LE SAINT-ESPRIT ET LUI RESISTER

Étude de la semaine

Ac 7.51 He 10.24, 25; Ep 4.25-5.2; 1 Th 5.19-21; Mc 3.28, 29

 

Versets à mémoriser

" N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez
été scellés pour le jour de la rédemption. "
(Éphésiens 4.30, Colombe)

Le Saint-Esprit a cette capacité unique à amener les pécheurs à prendre conscience de leur véritable état de péché. Il éveille également en nous le désir d'accepter Jésus et son pardon de nos péchés. Le Saint-Esprit possède une puissance inégalée pour nous rendre vainqueurs et nous permettre de refléter le beau caractère de Jésus.

En même temps, de faibles pécheurs peuvent tout de même résister à ce puissant Saint-Esprit. Il ne s'impose pas à nous.

Le péché est très séduisant, très attrayant. Cependant, il est hautement trompeur et mène à la mort. Il est diamétralement opposé à Dieu, à sa pure sainteté et à sa bonté. Reflétant sa divine sainteté, le Saint-Esprit est opposé au péché sous toutes ses formes, et il est chagriné quand nous péchons et que nous ne voulons pas abandonner ce péché. Aussi puissant que soit le Saint-Esprit, son impact bénéfique peut être éteint et nous pouvons lui résister quand nous persistons dans notre vie de péché. Les Évangiles nous disent même qu'il y a un péché qui ne peut être pardonné : le blasphème contre le Saint-Esprit (Mt 12.31, 32).

Cette semaine, nous étudierons différents aspects bibliques sur le fait de chagriner le Saint-Esprit, de l'éteindre, et de lui résister, et nous étudierons aussi ce qu'est le péché qui ne sera pas pardonné. 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 18 mars.

 

00:0000:00

10 LE SAINT-ESPRIT, LA PAROLE ET LA PRIÈRE

 

Étude de la semaine

Jn 15.7 ; Mt 7.7 ; Ps 66.18 ; Jc 1.6-8 ; 1 Jn 5.14-15 ; Ac 2.38

 

Versets à mémoriser:

" De même aussi l'Esprit vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexplicables ; et celui qui sonde les cœurs sait à quoi tend l'Esprit : c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints "
(Romains 8.26, 27)

La véritable spiritualité et la prière vont de pair. Ii n'y a pas de véritable vie spirituelle sans prière énergique. Après la nécessité de repentance, l'un des besoins les plus grands et les plus urgents est peut-être un réveil de notre vie de prière. La bonne nouvelle, c'est que même dans nos prières, nous ne sommes pas seuls, privés de l'aide du Saint-Esprit. La prière nous rapproche de Dieu. Elle nous élève en sa présence. La prière de la foi nous permet de vivre en réponse à l'abondance des promesses de Dieu. Nos vies sont transformées quand nous nous réclamons des bénédictions que Dieu a promises dans sa Parole. Dieu est plus que capable de combler tous nos besoins selon ses richesses (Ph 4.19). La véritable prière et la spiritualité authentique ont toujours Dieu en leur cœur, et les deux sont enracinées dans sa Parole écrite.

Nous ne devons pas fonder notre vie spirituelle sur notre expérience instable et nos sentiments subjectifs, ni consacrer nos prières a des pratiques contemplatives et méditatives douteuses. Notre spiritualité doit plutôt être guidée par la Bible et suivre la volonté de Dieu telle qu'elle est révélée dans sa Parole. C'est le Saint-Esprit qui suscite en nous le désir de rechercher la présence de Dieu dans la prière et de s'élever les uns les autres dans nos supplications. 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 11 mars.

 

00:0000:00

9 LE SAINT-ESPRIT ET L'ÉGLISE
 

Étude de la semaine
Ep 1.22, 23; 1 Co 12.13; Rm 6.3-7; Ac 17.11; Ep 4.5, 6; Ac 2.4-11

Versets à mémoriser:
" En vous efforcant de conserver l'unité de l'Esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, tout comme vous avez été appelés dans une seule espérance, celle de votre appel ; Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. "
(Ephesiens 4.3-5)


Parfois, nous pensons que le Saint-Esprit est à l'œuvre uniquement au niveau individuel dans la vie des croyants. Mais cette œuvre, chez les individus, constitue la base d'une communauté de foi. Le Saint-Esprit est responsable en fin de compte de l'existence de l'Église de Christ.
Nous sommes souvent tentés de penser que l'Église existe et grandit grâce à nos différentes activités missionnaires et d'évangélisation. C'est vrai que Dieu veut accomplir ses plans glorieux pour l'Eglise, et il veut le faire avec notre concours. Mais la véritable raison d'être de l'Église ne se situe pas au niveau de ce que nous faisons, ni dans les conséquences de l'efficacité de notre organisation et de notre administration, bien que ces aspects soient importants. L'Église existe grâce à ce que Dieu a déjà fait et continue à faire pour nous à travers le Saint-Esprit. C'est le Saint-Esprit qui crée une communauté et une communion spirituelle qui ont la Parole de Dieu comme seule autorité de foi et de pratique. La Bible, inspirée par l'Esprit, est le fondement de l'unité théologique de l'Église. Sans l'œuvre de l'Esprit, l'Église n'existerait pas et ne pourrait pas continuer à accomplir sa mission d'unité.
 
Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 4 mars.

00:0000:00

Semaine du 18 au 24 février 2017. Leçon 8. « Le Saint-Esprit et les Dons de l'Esprit »

 

8 LE SAINT-ESPRIT ET LES DONS DE L'ESPRIT

 

Étude de la semaine

1 Co 12.4-7, 11; Ep 4.7; 1 Co 12.14-31; Rm 12.3-8; 1 Jn 4.1-3

 

Versets à mémoriser:

" Or il y a diversités de dons de la grace, mais c'est le même Esprit ;
diversité de services, mais c'est le même Seigneur ; diversité d'opérations,
mais c'est le même Dieu qui opère tout en tous "
(1 Corinthiens 12.4-6)

A la veille d'un départ pour un long voyage d'affaires, un homme confia à son fils la responsabilité de son foyer, avec une tâche spécifique à accomplir. Mais le fils se rendit bientôt compte que son père ne lui avait pas donné les outils et les moyens nécessaires pour la mener à bien. Frustré, le fils dut laisser cette tâche inachevée. Quand Jésus a quitté ses disciples pour retourner au ciel auprès de son Père, ii leur a confié une tâche spécifique prêcher la bonne nouvelle de l'évangile au monde. Mais Jésus n'a pas laissé ses disciples démunis. Ce qu'il leur a demandé de faire, ii leur a donné la force de l'accomplir, mais en son nom et par la puissance et l'aide du Saint-Esprit.

Dans 1 Corinthiens 4-7, Paul rend grâce " pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus-Christ; car en lui vous êtes devenus riches de tout [...] il ne vous manque aucun don de la grâce ". Les dons spirituels sont donnés à travers le Saint-Esprit en Christ pour bâtir son Eglise.

Cette semaine, nous étudierons le Saint-Esprit comme Donateur souverain des dons remarquables de Dieu, et nous examinerons la différence entre le fruit de l'Esprit et les dons de l'Esprit. 

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 25 février.

 

00:0000:00

« Newer Posts - Older Posts »