Feed on
Posts

Archive for August 2010

Ammi : "mon peuple"

Dans Rm 9:25, Paul cite Os 2:25

Romains 9:25 "selon qu'il le dit dans Osée: J'appellerai mon peuple celui qui n'était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n'était pas la bien-aimée;"   Osée 2:23(2:25) "Je planterai pour moi Lo Ruchama dans le pays, et je lui ferai miséricorde; je dirai à Lo Ammi: Tu es mon peuple ! et il répondra: Mon Dieu !"

et au verset 26, il cite Os 2:1.

Romains 9:26 "et là où on leur disait: Vous n'êtes pas mon peuple ! ils seront appelés fils du Dieu vivant."

Osée 2:1 (2:3) "Dites à vos frères: Ammi ! et à vos soeurs: Ruchama !" Le contexte est le suivant : Dieu avait demandéà Osée de prendre " une prostituée " pour femme (Os 1:2) pour illustrer sa relation avec Israël, parce que la nation adorait d'étranges dieux. Les enfants nés de ce mariage ont reçu des noms indiquant que Dieu rejetait et punissait Israël l'idolâtre. Le troisième enfant a été appelé Lo-Ammi (Os 1:9), ce qui signifie littéralement: " Pas mon peuple ".

Pourtant, malgré cela, Osée a prophétisé que le jour viendrait où, après avoir châtié son peuple, Dieu le restaurerait, ôterait ses faux dieux et ferait une alliance avec lui. Voir Os 2:13-21.

Osée 2:13-21 (Louis Segond) 13 Je la châtierai pour les jours où elle encensait les Baals, où elle se paraît de ses anneaux et de ses colliers, allait après ses amants, et m'oubliait, dit l'Éternel. 14 C'est pourquoi voici, je veux l'attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son coeur. 15 Là, je lui donnerai ses vignes et la vallée d'Acor, comme une porte d'espérance, et là, elle chantera comme au temps de sa jeunesse, et comme au jour où elle remonta du pays d'Égypte. 16 En ce jour-là, dit l'Éternel, tu m'appelleras: Mon mari! et tu ne m'appelleras plus: Mon maître! 17 J'ôterai de sa bouche les noms des Baals, afin qu'on ne les mentionne plus par leurs noms. 18 En ce jour-là, je traiterai pour eux une alliance avec les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les reptiles de la terre, je briserai dans le pays l'arc, l'épée et la guerre, et je les ferai reposer avec sécurité. 19 Je serai ton fiancé pour toujours; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde; 20 je serai ton fiancé par la fidélité, et tu reconnaîtras l'Éternel. 21 En ce jour-là, j'exaucerai, dit l'Éternel, j'exaucerai les cieux, et ils exauceront la terre;

 

C'est alors que ceux qui étaient Lo-Ammi, "pas mon peuple", deviendraient Ammi, "mon peuple".

A l'époque de Paul, les Ammi, c'était " nous [...] qu'il a appelés non seulement d'entre les Juifs, mais aussi d'entre les non-Juifs. " (Rm 9.24, La Bible du Semeur) Quelle présentation claire et puissante de l'Évangile, bonne nouvelle qui, dès le commencement, était destinée au monde entier ! Il n'est donc pas surprenant que nous, les adventistes, considérions ce verset comme faisant partie de notre appel : " Je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel ; il avait une bonne nouvelle éternelle à annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, tribu, langue et peuple. " (Ap 14.6) Aujourd'hui, comme à l'époque de Paul, comme à l'époque de l'ancien Israël, la bonne nouvelle du salut doit être annoncée dans le monde entier.

Lisez Rm 9.25-29. (Notez la façon dont Paul cite l'Ancien Testament pour souligner ce qui se passait à son époque), Quel est le message fondamental de tous ces versets ? Quelle espérance est offerte ici aux lecteurs ?

Romains 9:25-29 (Louis Segond) 25 selon qu'il le dit dans Osée: J'appellerai mon peuple celui qui n'était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n'était pas la bien-aimée; 26 et là où on leur disait: Vous n'êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant. 27 Ésaïe, de son côté, s'écrie au sujet d'Israël: Quand le nombre des fils d'Israël serait comme le sable de la mer, Un reste seulement sera sauvé. 28 Car le Seigneur exécutera pleinement et promptement sur la terre ce qu'il a résolu. 29 Et, comme Ésaïe l'avait dit auparavant: Si le Seigneur des armées Ne nous eût laissé une postérité, Nous serions devenus comme Sodome, Nous aurions été semblables à Gomorrhe.

Le fait que certains des compatriotes de Paul rejetaient l'appel de l'Évangile lui donnait " une grande tristesse et un tourment continuel dans le cœur ". (Rm 9.2) Mais, au moins, il existait un reste. Les promesses de Dieu sont certaines et, si nous les saisissons, elles se réaliseront également dans notre vie.

Vous a-t-on parfois trahi ? Combien de fois avez-vous manqué à votre parole, soit vis-à-vis de vous-même, soit vis-à-vis d'autrui ? Sans doute tant de fois qu'on ne les compte plus, n'est-ce pas ? Quelles leçons tirer de ces échecs pour savoir en qui, finalement, il faut placer sa confiance ?

00:0000:00

Read Full Post »

" Mystères "    

" Car mes pensées ne sont pas vos pensées, vos voies ne sont pas mes voies - déclaration du SEIGNEUR. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées. " (Es 55:8, 9)

Lisez Rm 9:17-24.

Romains 9:17-24 (Louis Segond)

17 Car l'Écriture dit à Pharaon: Je t'ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. 18 Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. 19 Tu me diras: Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? 20 O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d'argile dira-t-il à celui qui l'a formé: Pourquoi m'as-tu fait ainsi ? 21 Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'un usage vil ? 22 Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, 23 et s'il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu'il a d'avance préparés pour la gloire ? 24 Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d'entre les Juifs, mais encore d'entre les païens, Comment comprendre le point de vue de Paul ici, à la lumière de ce que nous avons lu jusqu'à présent ?

En traitant l'Égypte comme il l'a fait à l'époque de l'Exode, Dieu œuvrait au salut de l'humanité. La révélation qu'il a donnée de lui-même par le biais des fléaux et de la délivrance de son peuple devait montrer aux Égyptiens, tout comme aux autres nations, que le Dieu d'Israël était avec certitude le vrai Dieu. Elle devait inciter les peuples des nations avoisinantes à abandonner leurs dieux et à venir l'adorer.

Il est clair que le pharaon avait déjà fait le choix de s'opposer à Dieu, aussi, en endurcissant son cœur, Dieu ne lui ôtait nullement la possibilité d'être sauvé. C'était un endurcissement contre l'appel à laisser partir Israël et non contre l'invitation de Dieu à accepter un salut personnel. Le Christ est mort pour le pharaon, tout comme pour Moïse et les enfants d'Israël.

Le point important dans tout cela, c'est qu'en tant qu'êtres déchus, nous avons une vision très étroite du monde, de la réalité, de Dieu et de ses interventions auprès des hommes. Comment pourrions-nous comprendre toutes les voies de Dieu quand autour de nous, dans la nature, beaucoup de mystères nous échappent ? En effet, depuis cent cinquante ou deux cents ans seulement les médecins ont appris qu'il fallait se laver les mains avant d'effectuer une opération ! Telle était la profondeur de l'ignorance humaine ! Et sans doute d'autres choses que nous découvrirons dans le futur nous révéleront aussi l'ignorance profonde dans laquelle nous sommes aujourd'hui.

Il est certain que nous ne comprenons pas toujours les voies de Dieu, mais Jésus est venu nous révéler qui il était (Jn 14:9).

Jean 14:9 (Louis Segond) 9 Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père ?   

Ainsi, pourquoi est-il essentiel, quels que soient les mystères et les événements inattendus de la vie, de méditer sur le caractère du Christ et ce qu'il nous a révélé de Dieu et de son amour ? Connaître le caractère divin ne nous aide-t-il pas à rester fideles malgré des épreuves qui nous semblent bien justes ? Commentez.

00:0000:00

Read Full Post »

" Spécialement choisis "    

" Il fut dit à Rebecca: Le plus grand sera l'esclave du plus petit, ainsi qu'il est écrit: J'ai aime Jacob et j'ai détesté Ésaü. " (Rm 9.12, 13)

Comme nous l'avons vu dans l'introduction de cette semaine, il est impossible de comprendre correctement Rm 9 si l'on n'admet pas que Paul ne fait pas allusion au salut individuel. Il parle ici de rôles particuliers que Dieu avait appelé certains à jouer. Dieu voulait que Jacob soit l'ancêtre du peuple qui serait son agent spécial charge d'évangéliser le monde. Ce passage n'implique nullement qu'Ésaü ne pouvait être sauve. Dieu avait tout autant le désir de le sauver qu'il souhaite sauver tous les hommes.

Lisez Rm 9.14, 15. Comment comprendre ces mots dans le contexte de notre lecture ?

Romains 9:14; Romains 9:15 (Louis Segond) Romains 9:14

14 Que dirons-nous donc ? Y a-t-il en Dieu de l'injustice ? Loin de là!

  Romains 9:15

15 Car il dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j'aurai compassion de qui j'ai compassion.

 

Là encore Paul ne parle pas de salut individuel, car dans ce domaine Dieu offre à tous sa miséricorde. En effet, il " veut que tous les humains soient sauvés ". (1 Tm 2.4) " Car elle s'est manifestée, la grâce de Dieu, source de salut pour tous les humains. " (Jn 2.11) Dieu, néanmoins, choisit certaines nations pour leur confier un rôle particulier, et même si celles-ci ont la possibilité de refuser, elles ne peuvent empêcher ce choix. Aussi fort qu'Ésaü l'eût peut-être souhaité, il n'aurait pu devenir l'ancêtre du Messie ni du peuple choisi.

En fin de compte, il ne s'agissait nullement d'un choix arbitraire de Dieu, ni de quelque décret divin empêchant Ésaü d'être sauvé. Le don de la grâce, par le Christ, est gratuitement offert à tous. Nous avons tous été choisis pour être sauvés et non perdus (Ep 1.4, 5; 2 P 1.10).

Éphésiens 1:4-5; 2 Pierre 1:10 (Louis Segond)   Éphésiens 1:4-5

4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

5 nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,

  2 Pierre 1:10

10 C'est pourquoi, frères, appliquez-vous d'autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais.  

Ce sont nos propres choix, et non ceux de Dieu, qui nous éloignent de la promesse de vie éternelle en Christ. Jésus est mort pour tous les êtres humains. Cependant, Dieu a indiqué dans sa Parole les conditions de l'élection à la vie éternelle: la foi en Christ, qui conduit le pécheur justifié à l'obéissance.

Vous-même, comme si personne d'autre que vous n'existait, avez été choisi en Christ avant même la fondation du monde pour être sauvé. Tel est votre appel, votre élection offerts par Dieu en Jésus. Quel privilège et quelle espérance ! Pourquoi, tout bien considéré, toutes choses paraissent-elles fades en comparaison de cette grande promesse ? Pourquoi serait-ce une immense tragédie de laisser le péché, le moi et la chair vous enlever tout ce qui vous a été promis en Jésus ?

00:0000:00

Read Full Post »

" Le souci de Paul "    

" Vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. Voila ce que tu diras aux Israélites. " (Ex 19.6)

Dieu avait besoin d'un peuple missionnaire pour évangéliser un monde plongé dans le paganisme, l'obscurité et l'idolâtrie. Il a choisi les Israelites et s'est révélé à eux. Il les a destines à devenir une nation modèle afin d'attirer les autres au vrai Dieu. Son dessein était d'attirer le monde à lui grâce à la révélation de son caractère en eux. Au moyen des enseignements du service sacrificiel, le Christ devait être exalté devant les nations et tous ceux qui tourneraient leurs regards vers lui vivraient. Au fur et à mesure qu'Israël s'agrandirait et que les bénédictions reçues augmenteraient, ses frontières s'élargiraient jusqu'à ce que ce royaume embrasse le monde.

Lisez Rm 9.1-12.

Romains 9:1-12 (Louis Segond)

Romains 9

1 Je dis la vérité en Christ, je ne mens point, ma conscience m'en rend témoignage par le Saint Esprit:

2 J'éprouve une grande tristesse, et j'ai dans le coeur un chagrin continuel.

3 Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair,

4 qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte,

5 et les promesses, et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen!

6 Ce n'est point à dire que la parole de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël,

7 et, pour être la postérité d'Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants; mais il est dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité,

8 c'est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité.

9 Voici, en effet, la parole de la promesse: Je reviendrai à cette même époque, et Sara aura un fils.

10 Et, de plus, il en fut ainsi de Rébecca, qui conçut du seul Isaac notre père;

11 car, quoique les enfants ne fussent pas encore nés et ils n'eussent fait ni bien ni mal, -afin que le dessein d'élection de Dieu subsistât, sans dépendre des oeuvres, et par la seule volonté de celui qui appelle, -

12 il fut dit à Rébecca: L'aîné sera assujetti au plus jeune; selon qu'il est écrit:

    Quel point Paul souligne-t-il ici en rapport avec la fidélité de Dieu au milieu des défaillances humaines ?

Paul veut montrer que la promesse faite à Israël n'est pas complètement irréalisable. Il existe un reste par le biais duquel Dieu a toujours l'intention d'œuvrer. Pour authentifier cette notion de reste, Paul fait allusion à l'histoire d'Israël. Il montre que Dieu a toujours été sélectif:

1) Dieu n'a pas choisi toute la descendance d'Abraham pour l'inclure dans son alliance, seulement la lignée d'Isaac.

2) Il n'a pas choisi tous les descendants d'Isaac, seulement la lignée de Jacob.

Il est également important de constater que l'héritage, ou l'ascendance, ne garantit pas le salut. Même si vous êtes bien né, de la bonne famille et même de la bonne Église, vous pouvez être perdu, hors de portée de la promesse. C'est la foi, une foi qui œuvre par amour, qui révèle qui sont " les enfants de la promesse ". (Rm 9.8)

Examinez ce que dit Rm 9.6 : " Car tous ceux qui sont issus d'Israël ne sont pas Israël. " Quel important message ce verset contient-il, notamment pour nous les adventistes, qui, pour plusieurs raisons, jouons à notre époque le même rôle que les anciens Israélites ?

00:0000:00

Read Full Post »

Semaine du 21 au 27 aout 2010. Leçon 9. La liberté en Christ.

00:0000:00

Read Full Post »

Pour aller plus loin

Lisez Ellen WHITE, La tragédie des siècles, " Progrès de la Reforme en Angleterre ", p. 271-276 ; Jésus-Christ, " Le baptême ", p. 94; "A Capernaüm ", p. 235-240; "Que votre cœur ne se trouble pas ", p. 674-677; Les paraboles de Jésus, " Semblable à du levain ", p. 75-78 ; Testimonies for the Church, " Letters to Physicians ", vol. 8, p.126-129. " Le plan du salut n'offre pas aux croyants une vie délivrée de la souffrance et des épreuves qui existent de ce côté-ci du royaume. Au contraire, ils sont invités à suivre les pas du Christ sur le chemin du renoncement a soi et du discrédit [...] C'est a la suite de telles épreuves et persécutions que le caractère du Christ se reflète et se révèle chez son peuple [...] En partageant les souffrances du Christ, nous recevons une éducation et apprenons une discipline qui nous préparent à participer aux gloires futures. " - SDA Bible Commentary, vol. 6, p. 568,569. " La corde d'amour qui a été lancée du trône de Dieu est suffisamment longue pour toucher les bas-fonds les plus hideux. Le Christ est capable de hisser le pire des pécheurs hors de l'avilissement le plus profond pour lui donner un statut d'enfant de Dieu et un héritage immortel avec le Christ. " - Testimonies for the Church, vol. 7, p. 229. " Lui que le ciel tout entier honorait, il est venu en ce monde dans la nature humaine comme chef de l'humanité, attestant aux anges révoltés et aux habitants des mondes qui n'ont pas connu la chute, que grâce à l'assistance divine rendue possible chacun peut marcher dans le sentier de l'obéissance aux commandements de Dieu. [...] Le prix de notre rançon a été payé par notre Sauveur. Personne n'est obligé de rester l'esclave de Satan. Le Christ se tient devant nous comme notre assistant tout-puissant. " - Messages choisis, " Un divin porteur des péchés ", vol. 1, p. 362-364.

 

À méditer

• Relisez les citations d'Ellen White dans la leçon de vendredi. Quelle espérance en retirons-nous ? comment réaliser dans notre vie ces promesses de victoire ? pourquoi ne parvenons-nous pas à répondre aux attentes de Dieu alors qu'il nous est tant offert en Christ ?

• Comment, concrètement et quotidiennement, fixez-vous votre esprit sur " les tendances de l'Esprit " (Rm 8.5) ? qu'est-ce que cela signifie ? que désire l'Esprit ? ce que vous regardez, ce que vous lisez, vos pensées peuvent-ils être un frein en cela ?

• Nous sommes d'un cote ou de l'autre au sein du grand conflit cosmique, sans moyen terme possible. Quelles sont les implications de cette froide et dure vérité ? Le fait d'en prendre conscience a-t-il un impact sur notre façon de vivre ainsi que sur les choix que nous faisons, même dans les " petites " choses ?

00:0000:00

Read Full Post »

" L'adoption on l'esclavage ? "    

Comment Paul décrit-il la relation nouvelle en Christ? Rm 8:15. Quelle espérance cette promesse contient-elle ? Comment la réaliser dans notre vie ?

Cette relation nouvelle est décrite comme une relation délivrée de la peur. Un esclave est dans les chaines. Il vit dans la peur constante du maître. Il ne gagnera rien de ses longues années de service.

Il n'en est pas ainsi pour celui qui accepte Jésus-Christ. Premièrement, il offre librement son service. Deuxièmement, il l'effectue sans peur, car " l'amour accompli bannit la crainte " (1 Jn 4:18). Troisièmement, adopte comme un fils, il reçoit un héritage d'une infinie valeur.

" C'est en cherchant à vivre selon la religion légale qu'on cultive un esprit d'esclavage, en cherchant à répondre aux exigences de la loi par ses propres forces. L'espérance n'est possible qu'en entrant dans l'alliance d'Abraham, qui est alliance de grâce et de foi en Jésus. " -Ellen WHITE, dans SDA Bible Commentary, vol. 6, p. 1077.

D'où nous vient la certitude que Dieu nous a acceptés comme ses enfants ? Rm 8:16.

Le témoignage intérieur de l'Esprit confirme son acceptation. S'il n'est pas bon de faire confiance seulement à son ressenti, ceux qui cherchent de leur mieux à comprendre et à vivre selon les connaissances de la Parole, entendront au fond d'eux une petite voix leur confirmant qu'ils ont été acceptes comme enfants de Dieu.

Et certes, Rm 8:17 nous déclare héritiers, c'est-à-dire membres de la famille de Dieu. En tant qu'héritiers, en tant qu'enfants, nous recevons du Père un magnifique héritage. Nous ne le méritons pas; il nous est donné en vertu de notre nouveau statut vis-à-vis de Dieu, statut qui nous est accordé par sa grâce, mise à notre disposition suite à la mort de Jésus à notre place.

Êtes-vous proches du seigneur ? Le connaissez-vous vraiment ? Ou avez-vous seulement une notion sur lui ? Quels changements devez-vous faire dans votre vie pour cheminer plus près de votre Créateur et Rédempteur ? Qu'est-ce qui vous retient et pourquoi ?

Read Full Post »

" L'Esprit en nous "

   

Paul poursuit sur le même thème, opposant ces deux façons de vivre: soit selon l'Esprit, c'est-à-dire le Saint-Esprit de Dieu, comme cela nous est promis, soit selon leur nature pécheresse et charnelle. L'une conduit à la vie éternelle, l'autre à la mort éternelle. Il n'y a pas d'alternative. Ou, comme le déclare Jésus lui-même : " Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. " (Mt 12.30) On ne peut être plus clair!

Lisez Rm 8.9-14. Qu'est-il promis à ceux qui s'abandonnent entièrement au Christ?

La vie " sous l'empire de la chair " s'oppose à la vie " sous celui de l'Esprit ". Cette dernière est dirigée par l'Esprit de Dieu, le Saint-Esprit, appelé dans ce chapitre l'Esprit du Christ, peut-être parce qu'il représente le Christ et que, par lui, celui-ci demeure dans le cœur du croyant (Rm 8.9, 10). Dans ces versets, Paul reprend une illustration utilisée dans Rm 6. 1-11. Symboliquement, au moment du baptême, " le corps du péché ", c'est-à-dire, le corps charnel au service du péché, est détruit. " L'homme ancien a été crucifié avec lui " (6.6). Mais comme pour le baptême, il n'y a pas seulement un ensevelissement, mais aussi une résurrection - le croyant baptisé se lève pour marcher " en nouveauté de vie " (6.4, Segond révisée à La Colombe). Cela signifie mettre à mort le vieux moi, choix qu'il nous faut, de nous-mêmes, faire chaque jour, à chaque instant. Dieu ne détruit pas la liberté de l'être humain. Même après la destruction du " vieil homme " pécheur, il est toujours possible de pécher. Paul écrivait aux Colossiens : " Faites donc mourir ce qui n'est que terrestre. " (Col 3.5)

Ainsi, après la conversion, le croyant continue de se battre contre le péché, la différence étant que celui en qui demeure l'Esprit a désormais la possibilité de vaincre. En outre, ayant été miraculeusement libéré de l'esclavage du péché, il lui incombe de ne plus jamais servir ce dernier.

Réfléchissez à l'idée selon laquelle l'Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus du tombeau, est aussi celui qui vient demeurer en nous si nous l'invitons. Pensez à la puissance ainsi mise à notre disposition ! Qu'est-ce qui nous retient d'y faire appel ?

00:0000:00

Read Full Post »

" La chair ou l'Esprit ? "    

" Ceux qui sont sous l'emprise de la chair s'accordent aux tendances de la chair, tandis que ceux qui sont sous l'emprise de l'Esprit s'accordent aux tendances de l'Esprit. Or la chair tend à la mort; l'Esprit, lui, tend à la vie et à la paix. " (Rm 8.5) Méditez ce texte. Quel message essentiel délivre-t-il ? Que vous révèle-t-il sur la façon dont vous vivez votre vie?

" Sous l'emprise de " a ici le sens de " en conformité avec " (en grec : kata). " S'accorder " ici signifie " fixer son esprit sur ". Certains fixent leur esprit sur leurs désirs naturels et leur épanouissement ; d'autres le fixent sur les choses de l'Esprit, choisissant de suivre ses incitations. Parce que c'est notre esprit qui décide de nos actes, ces deux catégories de personnes vivent et agissent différemment.

De quoi est incapable l'esprit charnel? Rm 8.7, 8.

A voir l'esprit fixé sur la réalisation des désirs de la chair revient à être en inimitié avec Dieu. On ne se soucie guère d'observer la volonté de Dieu. On est peut-être même en rébellion contre lui, en faisant fi de sa loi.

Paul veut notamment souligner qu'en dehors du Christ il est impossible de respecter la loi de Dieu. Il revient sans cesse à ce thème: aussi intense que soient les efforts, sans le Christ, on ne peut obéir à la loi.

Paul avait a cœur de persuader les Juifs qu'ils avaient besoin de quelque chose de plus que la " Torah " (ou loi). Leur conduite montrait que, malgré leur connaissance de la révélation divine, ils se rendaient coupables des mêmes péchés que les païens (Rm 2). En conséquence, ils avaient besoin du Messie. Sans lui, ils étaient esclaves du péché, incapables d'échapper à sa domination.

Telle était la réponse de Paul aux Juifs inaptes à comprendre pourquoi ce que Dieu leur avait ordonné dans l'Ancien Testament ne suffisait plus au salut. Paul admettait qu'ils avaient correctement agi, mais qu'ils devaient aussi accepter le Messie qui était maintenant venu.

Examinez votre comportement de ces dernières vingt-quatre heures. Avez-vous agi selon l'Esprit ou selon la chair ? Que vous indique votre réponse sur vous-même ? Si c'est selon la chair, quels changements devez-vous faire et comment ?

00:0000:00

Read Full Post »

" Ce que la loi ne peut faire " 

Aussi excellente que soit la " loi " (la loi cérémonielle, morale ou même les deux), elle ne peut répondre à notre besoin le plus important, à savoir comment être sauvé de la condamnation et de la mort auxquelles conduit le péché. Pour cela, nous avons besoin de Jésus.

Lisez Rm 8.3, 4.

Romains 8:3 3 Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,   Romains 8:4 4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.

      Qu'a fait le Christ, que ne peut faire la loi ?

Dieu nous a procure un remède " en envoyant son propre Fils dans une condition semblable à la chair du péché " ; il a " condamné le péché dans la chair ". L'incarnation du Christ a été l'une des étapes essentielles du plan du salut. Il est correct d'exalter la croix, mais dans la mise en œuvre du plan du salut, la vie du Christ revêtu d'une " chair semblable à celle du péché " (Segond révisée à la Colombe) a également été d'une importance extrême.

En conséquence de ce que Dieu a accompli en envoyant le Christ, il est maintenant possible de respecter les justes exigences de la loi, c'est-à-dire d'accomplir les actes de justice exiges par la loi. Ce qui était impossible " sous la loi " (Rm 6.14) devient possible " en Christ ".

N'oublions pas, cependant, qu'observer les exigences de la loi ne signifie pas qu'on puisse la respecter au point de mériter le salut. Ce n'est pas une option et cela ne l'a jamais été. Cela signifie simplement de vivre la vie que Dieu nous donne, une vie d'obéissance, une vie dans laquelle on a " crucifié la chair avec ses passions et ses désirs " (Ga 5.24) et qui reflète le caractère du Christ.

Galates 5:24 (Louis Segond) 24 Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

  " Marcher " (Rm 8.4)

Romains 8:4 (Louis Segond) 4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. est une expression idiomatique signifiant " se conduire ". Le mot chair ici évoque la personne non régénérée - avant ou après la prise de conscience suscitée par l'Esprit. Marcher selon la chair revient à se laisser dominer par ses désirs égoïstes, en opposition avec marcher selon l'Esprit, c'est-à-dire répondre aux justes exigences de la loi, ce qui n'est possible qu'avec l'aide du Saint-Esprit. C'est seulement en Jésus-Christ que nous avons la liberté d'agir selon la loi. Sans le Christ, une telle liberté est impossible. La personne esclave du péché se retrouve incapable de faire le bien qu'elle aimerait faire. Voir Rm 7.15, 18.

Romains 7:15; Romains 7:18 (Louis Segond)

Romains 7:15 15 Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Romains 7:18 18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.

    Parvenez-vous à bien observer la loi ? En mettant de coté toute aspiration à mériter le salut par l'observation de la loi, votre vie témoigne-t-elle que vous accomplissiez " la justice requise par la loi " (Rm 8.4) ? Si ce n'est le cas, pourquoi ? Quelles pauvres excuses utilisez-vous pour justifier votre comportement ?

00:0000:00

Read Full Post »